files/gfsite.jpg

Guillaume Fayard

Écrivain, traducteur, critique, Guillaume Fayard écrit du temps dans des espaces (1), des poèmes dans des phrases (2), des livres d'écoute réduite (3), de la fiction dans des descriptions (4), des mouvements de corps sous-narratifs (5) ; une écriture contrainte (6) plutôt que "à" contrainte, le signe d'une nécessité myope, conduisant à des transpositions (7), des traductions (8), d'autres myopies (9).

1. Sombre les détails, Le Quartanier éditeur, 2005. Écrase aussi bien la ville sur le temps réel.

2. Promenades aux phares (introduction), Contrepied, 2008. Extraits parus en revues: Nioques, Revue Internationale des Livres et des Idées, Les Cahiers de Benjy, D'Ici-là.

3. Sans bord et sans urgence, Plaine Page, 2010.

4. Désinstaller (travail en cours), Prefab (audio)

5. Porter les bouteilles au verre, 2007, texte écrit pour Bande passante

6. Caractérisations parcellaires mais valables pour les autres entrées aussi. D'une ville d'une pièce (un livre abandonné sur le chantier de Marseille République, 100 pages de conjonctions, coordination, subordination), 2006

7. GGYBS ; Les cf. gercent

8. Dépositions smithsoniennes & Sujet à un film de Clark Coolidge, éd. Les Petits Matins, coll. Les Grands Soirs, 2009.

9. La revue myopies
                                                                                                                
                                                                             journée jouable ° 1
                        Bande passante                                                                                                     Porter les bouteilles au verre